BAY
Logements Bayonne

Maitre d'Ouvrage

Architecte mandataire

Architecte associé

BET Structure

BET Fluides

BET Ascensoriste

OPC

Surface bâtiment

Surface terrain

Montant des travaux

Procédure

Mission

Calendrier

Localisation

OPH  et Habitat Sud Atlantique

Acta

Flint

IGC

Climelec

ASC

TPMO

118 000 m² SHON

22 077 m²

12 576 930 € HT

Marché Négocié en 2008

Base + Signalétique

Livraison Mars 2013

Bayonne - FR

 

Les Hauts de Sainte Croix - Réaménagement des pieds d'immeubles de la résidence Marcel Breuer, requalification des ascenseurs et coursives - Bayonne

La résidence des Hauts de Sainte Croix à Bayonne forme un imposant ruban bâti sur les hauteurs de la ville, constitué de 7 immeubles de 11 niveaux, regroupant 1 100 logements et édifiée par l’architecte américain Marcel Breuer.

 

Le projet concerne principalement le réaménagement des rez de chaussée et des entresols, la réimplantation de celliers dans l’édifice,  la requalification des liaisons verticales et des coursives.

 

Parallèlement à cette opération, la Ville de Bayonne réalise la refondation de la résidence à partir des espaces publics, avec une réorganisation des systèmes de desserte,du parc de stationnement et la création d’un large parvis en pied de résidence.

 

Le principe initial de conception des pieds d’immeuble est aujourd’hui totalement perverti par l’adjonction successive d’ajouts (auvents, marquises, avant toits), par le percement aléatoire de baies, par la disparition des panneaux de remplissage d’origine en cailloux lavés.

Les entresols ont été vidés de leurs celliers et renferment de vastes espaces inutilisés ;

Au principe de distribution centrale de chaque immeuble par  3 ascenseurs en batterie est venu se greffer des adjonctions d’ascenseurs en pignons, formant des excroissances disgracieuses, refermant les perspectives offertes dans les interstices vides, et présentant de nombreux problèmes de dysfonctionnement.

 

Le projet envisage, après diagnostic et enquêtes auprès des habitants, le remplacement des deux ascenseurs en pignon par un seul appareil calé dans l’alignement de l’escalier de secours d’origine, restituant ainsi les vides en fente entre les 7 immeubles.

Les celliers se réimplantent pour partie dans les entresols et pour partie au rez de chaussée, et forment de petits modules autonomes, aisément sécurisables

Une règle du jeu est établie pour le traitement des pieds d’immeubles, définissant un matériau générique décliné selon les usages : commerce, service, cellier, local technique…La couleur vient identifier chaque bâtiment en surimpression ou transparence.

Les halls sont redéfinis, traversants et vitrés et longés d’un passage à l’air libre, sur une travée de l’immeuble, établissant une connexion visuelle et physique entre le parvis d’accès et le vaste jardin Sud.

MOA : OPH  et Habitat Sud Atlantique

Architecte Mandataire : Acta

Architecte Associé : Flint

BET Structure :IGC

BET Fluides : Climelec

BET Ascensoriste : ASC

OPC : TPMO

Surface Bâtiment : 118 000 m² SHON

Surface terrain : 22 077 m²

Montant des travaux : 12 576 930 € HT

Procédure : Marché Négocié en 2008

Missions : Base + Signalétique

Calendrier : Livraison Mars 2013

Localisation : Bayonne - FR

 

Les Hauts de Sainte Croix - Réaménagement des pieds d'immeubles de la résidence Marcel Breuer, requalification des ascenseurs et coursives - Bayonne

La résidence des Hauts de Sainte Croix à Bayonne forme un imposant ruban bâti sur les hauteurs de la ville, constitué de 7 immeubles de 11 niveaux, regroupant 1 100 logements et édifiée par l’architecte américain Marcel Breuer.

 

Le projet concerne principalement le réaménagement des rez de chaussée et des entresols, la réimplantation de celliers dans l’édifice,  la requalification des liaisons verticales et des coursives.

 

Parallèlement à cette opération, la Ville de Bayonne réalise la refondation de la résidence à partir des espaces publics, avec une réorganisation des systèmes de desserte,du parc de stationnement et la création d’un large parvis en pied de résidence.

 

Le principe initial de conception des pieds d’immeuble est aujourd’hui totalement perverti par l’adjonction successive d’ajouts (auvents, marquises, avant toits), par le percement aléatoire de baies, par la disparition des panneaux de remplissage d’origine en cailloux lavés.

Les entresols ont été vidés de leurs celliers et renferment de vastes espaces inutilisés ;

Au principe de distribution centrale de chaque immeuble par  3 ascenseurs en batterie est venu se greffer des adjonctions d’ascenseurs en pignons, formant des excroissances disgracieuses, refermant les perspectives offertes dans les interstices vides, et présentant de nombreux problèmes de dysfonctionnement.

 

Le projet envisage, après diagnostic et enquêtes auprès des habitants, le remplacement des deux ascenseurs en pignon par un seul appareil calé dans l’alignement de l’escalier de secours d’origine, restituant ainsi les vides en fente entre les 7 immeubles.

Les celliers se réimplantent pour partie dans les entresols et pour partie au rez de chaussée, et forment de petits modules autonomes, aisément sécurisables

Une règle du jeu est établie pour le traitement des pieds d’immeubles, définissant un matériau générique décliné selon les usages : commerce, service, cellier, local technique…La couleur vient identifier chaque bâtiment en surimpression ou transparence.

Les halls sont redéfinis, traversants et vitrés et longés d’un passage à l’air libre, sur une travée de l’immeuble, établissant une connexion visuelle et physique entre le parvis d’accès et le vaste jardin Sud.

Categories